Randonnées pédestres, velo, vtt, balades en Alsace
La boutique Nous contacter
Google

Découverte de l'Alsace à vélo

VALLEE DE LA THUR ET VALLEE DE LA DOLLER

Départ:Thann, place de la cathédrale.
Distance:41 km
Temps estimé:3 h - 5 h avec les arrêts et visites
Dénivelée:406 m
Thann : la fontaine saint Thiébaud.
Voici les deux vallées les plus méridionales des Vosges alsaciennes dont cette balade invite à découvrir le débouché sur la plaine. Si la vallée de la Thur est très connue car c'est un importante axe de passage vers la Lorraine et les Vosges par le col de Bussang, celui d'Oderen et celui du Bramont, la vallée de la Doller semble plus " intime ", plus secrète. Elles n'en offrent pas moins toutes les deux de splendides paysages, de nombreux petits lacs qu'il faut découvrir (à pied de préférence) ainsi que quelques magnifiques sommets comme les Drumont ou les Ventron...

L'entrée des deux vallées, objets de cette balade offre de superbes itinéraires avec de beaux panoramas sur la plaine. Ce sont des paysages faits de forêts et de prairies, car la vigne ici ne fait que balbutier... Ce sont les prairies et les vergers qui règnent, et la vie y semble plus rude. Mais peut-être plus authentique, loin des bruits et fureurs de la plaine bourdonnante et industrieuse.

Parcours :

Thann, c'est d'abord le centre ville avec sa dentelle de Pierre, la collégiale saint Thiébaud, une pure merveille. Ne pas oublier les alentours ; la place, les fontaines, la tour des Sorcières, la colline du Rangen, la plus escarpée di vignoble, et sa petite chapelle, l'Engelsbourg et son " œil de sorcière ", la cabane des Bangards, le mémorial du Staufen, le musée... de quoi s'occuper une bonne demi-journée.

Bitschwiller, ancienne possession de l'abbaye de Murbach, possédait des mines de fer et une fonderie qui ne fut fermées qu'au XIXè. Du village part la fameuse route Joffre que le circuit emprunte, route stratégique construite pendant la guerre 1914-1918 pour permettre aux troupes françaises d'avoir accès de Masevaux à la vallée de la Thur.

Masevaux, que l'on joint par le col du Hundsrück, le joli village de Bourbach et le pèlerinage de Houppach possède un riche passé historique dont il ne reste hélas que peu de traces : La cité doit son nom au légendaire prince Mason, descendant de la famille ducale d'Alsace, petit-fils d'Adalric ou Étichon et neveu de sainte Odile. Elevée au rang de ville fortifiée au XIVe siècle, sous la domination des Habsbourg, elle se construit à l'ombre d'une abbaye millénaire, accueillant les jeunes filles de la noblesse. Riche et prospère, cette dernière disparaît avec la Révolution Française. C'est aussi avec celle-ci que prend fin le pouvoir seigneurial. Des corporations de cordonniers, de tanneurs et de tisserands se créent dès le XIVe. Le commerce et l'artisanat, comme l'industrie minière, se développent, ce qui fait qu'au début du XVIe siècle, Masevaux est la ville la plus peuplée du sud de l'Alsace, comptant entre 2000 et 3000 habitants. La ville connaît un essor industriel au XIXe siècle, avec des tanneries déjà prospères, mais aussi par la création d'usines métallurgiques et textiles. Au haut fourneau on fabrique des pièces pour les premières locomotives.
Avec l'annexion de l'Alsace-Lorraine à l'empire allemand en 1871, le canton de Masevaux perd sa partie francophone avec Rougemont-le-Château, Leval, Petitefontaine et Romagny-sous-Rougemont. Le 7 août 1914, Masevaux est la première ville à être reconquise par les troupes françaises et devient le siège de la Mission militaire et administrative de l'Alsace reconquise. Elle accueillera les plus hautes autorités civiles et militaires de France, dont le président de la République, Raymond Poincaré qui vient à six reprises, et le président du Conseil, Georges Clemenceau. Le 25 novembre 1944, une nouvelle page douloureuse est tournée sur quatre années d'occupation allemande. Masevaux est libérée après de violents combats.
Parmi les manifestations phares il y a le festival d'orgue international, le Jeu de la Passion du Christ, le concert de la Libération et le concert prestige de Noël.

A Sentheim, la Maison de la géologie possède une superbe collection de roches, fossiles et minéraux qui couvrent l'histoire de la région à travers les temps géologiques. La visite du musée peut-être complétée utilement par la découverte du sentier géologique du champ de fracture de Sentheim. S'y trouvent réunis sur moins d'1km2, des terrains d'âge primaire, secondaire, tertiaire et quaternaire qui permettent de comprendre l'histoire géologique très mouvementée des Vosges et de la plaine d'Alsace.

Leimbach, ancien bien du couvent de l'Oelenberg, était autrefois très connu pour son pèlerinage à Saint Blaise : selon la tradition, Saint Blaise, était médecin et devint évêque de Sébaste en Arménie, où il fut martyrisé vers 316. Au cours de l'un de ses miracles, il sauva un garçon qui avait avalé une arête de poisson que l'on ne pouvait plus retirer. C'est l'origine du rite romain de la bénédiction de saint Blaise contre les infections de la gorge. Le prévôt de l'Oelenberg organisa au XVè le culte de saint Blaise à Leimbach qui " possède " la calotte crânienne du saint, sertie d'or. Les pèlerins affluaient de Suisse, Allemagne, Autriche. L'usage était que le 3 février, jour de la saint Blaise, on boive du vin dans le crâne du saint patron pour éviter les maux de gorge... Cet usage est encore en cours aujourd'hui...

Itinéraire :

Thann - Bitschwiller - col du Hundsrück - Bourbach le Haut - Houppach - Masevaux - Lauw - Sentheim - Bourbach le Bas - Roderen - Leimbach - Thann.
Carte du circuit à bicyclette "VALLEE DE LA THUR ET VALLEE DE LA DOLLER"
Thann : la collégiale Saint Thiébaud "Cathédrale" des Thannois. Le chevet et la flèche.



En savoir plus:

Diffusé par CashTrafic

Balades en Alsace
©2007-2009 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)
Lotree